On ne le répétera jamais assez : en France, l'alcool au volant est sévèrement sanctionné par la loi. Des sanctions qui peuvent aller d'une simple amende forfaitaire à une peine de prison en fonction du niveau d'alcool dans le sang et de la présence ou non de facteurs aggravants. 

Nous vous proposons un bref rappel des taux limites et des sanctions encourues, afin de garder bien en tête ce que vous risquez en cas de contrôle par les forces de l'ordre.

Taux d'alcoolémie : quelques principes à garder en tête

Après avoir été ingéré, l'alcool est absorbé par le corps plus ou moins rapidement en fonction de certains facteurs : présence de nourriture dans l'estomac, vitesse d'ingestion de l'alcool. Une fois le taux d'alcoolémie maximum atteint (d'une demi-heure à 1 heure, après le dernier verre), il n'est possible de perdre que 0,10 g à 0,15 g par heure.

Et contrairement à la croyance populaire, il n'existe pas de remède miracle qui permettrait de faire baisser plus rapidement son taux d'alcoolémie. De même, ne soyez pas dupé par votre propre perception : si certaines personnes semblent ressentir moins facilement les effets de l'alcool que d'autres, cela ne signifie pas pour autant qu'elles n'ont pas atteint la limite autorisée !

En dessous de 0,5 g d'alcool dans le sang

À moins d'être un jeune conducteur détenteur d'un permis probatoire (nous y reviendrons), circuler avec un taux d'alcoolémie inférieur à 0,5 g ne constitue pas une infraction selon la loi sur l'alcool au volant. 

Soyez tout de même conscient de vos limites avant de prendre le volant. L'alcool n'a pas le même effet sur tout le monde. Pour des questions génétiques ou de constitution physique, certaines personnes voient leurs capacités de coordination s'altérer très rapidement, même lorsqu'elles se trouvent en dessous de la limite d'alcoolémie autorisée.

Entre 0,5 g et 0,8 g d'alcool dans le sang

En ayant été contrôlé avec plus de 0,5 g d'alcool dans le sang, vous avez franchi la ligne rouge ! Dans cette situation, la loi prévoit un retrait de 6 points sur votre permis et une amende forfaitaire d'un montant de 135 euros. En outre, vous risquez l'immobilisation de votre véhicule et la suspension de votre permis pendant une période de 3 ans.

Au-delà d'un taux d'alcoolémie de 0,8 g

6 points en moins sur le permis, une amende pouvant atteindre 4 500 €, une suspension ou une annulation de votre permis de conduire pendant 3 ans... La loi prévoit des sanctions exemplaires pour les conducteurs contrôlés avec un taux d'alcoolémie égal ou supérieur à 0,8 g.

En plus de ces sanctions, vous serez dans l'obligation de suivre un stage de sensibilisation à la sécurité routière, à vos frais.

Par ailleurs, les sanctions encourues (amendes, durée de la suspension du permis, peine de prison) peuvent se durcir dans les cas suivants : 

  • si vous présentez un état d'ivresse manifeste ;
  • si vous refusez de vous soumettre à un contrôle d'alcoolémie ;
  • si votre consommation d'alcool s'est accompagnée de la prise de stupéfiants ;
  • si vous avez causé un accident sous l'emprise de l'alcool ;
  • si vous récidivez.

Cas particulier : le conducteur débutant

Si vous êtes en situation de permis probatoire, oubliez les différents taux que nous venons de lister. Le seul et unique taux limite à retenir est 0,2 g d'alcool dans le sang. Sachant qu'un seul verre d'alcool peut vous amener au-delà de cette limite, vous comprendrez aisément que la meilleure attitude reste encore de rester totalement sobre.

Si vous êtes contrôlé avec un taux d'alcoolémie égal ou supérieur à 0,2 g, vous risquez une amende forfaitaire de 135 euros, l'immobilisation de votre véhicule, une suspension de votre permis et le retrait de 6 points, ce qui équivaut à perdre tous vos points d'un seul coup !


Envie d'en savoir plus sur la réglementation en matière d'alcool au volant ? Besoin de connaître vos recours en cas de contrôle avec un taux d'alcool prohibé ? Solution Avocat vous propose d'entrer en contact avec un avocat en droit routier et permis de conduire.