En France, un conducteur en permis probatoire n'a pas le droit de conduire avec un taux d'alcoolémie égal ou supérieur à 0,2 gramme d'alcool par litre de sang. Une mesure stricte qui a néanmoins pour objectif de faire diminuer la mortalité des jeunes sur la route. 

À quoi correspond cette limite ? Que risque un jeune conducteur contrôlé avec un taux d'alcoolémie supérieur à la limite autorisée ?

Nous répondons à toutes vos interrogations !

Un taux plus limité que les autres conducteurs

Si, en France, le taux d'alcool limite autorisé chez les conducteurs est de 0,5 g d'alcool par litre de sang, le chiffre tombe à 0,2 g/l pour les conducteurs munis d'un permis probatoire !

Comme un verre d'alcool correspond à un taux d'alcoolémie situé entre 0,2 g et 0,25 g (chiffre qui varie en fonction du sexe, du poids, de l'état de stress...), le jeune conducteur ne doit donc en aucun cas boire de l'alcool avant de prendre le volant !

Zéro verre d'alcool, cela peut sembler rude, mais cette mesure se base une attristante réalité : le nombre particulièrement élevé de morts chez les jeunes conducteurs !

Pourquoi un taux d'alcoolémie aussi bas ?

Si le gouvernement français a choisi de mettre la barre aussi basse, c'est parce que les accidents de la route représentent la 1re cause de mortalité et de handicap chez les jeunes de 18 à 25 ans. Il se trouve par ailleurs que la consommation d'alcool est en cause dans un quart de ces accidents.

Par ailleurs, selon les chiffres avancés par la Direction de la sécurité et de la circulation routières, les jeunes conducteurs seraient impliqués dans un quart des accidents de la route.

En observant les voisins européens, on a remarqué que la baisse de la limite d'alcoolémie avait un effet positif sur la mortalité des conducteurs novices. En Allemagne, par exemple, le nombre de conducteurs âgés de 18 à 21 ans, tués dans un accident de la route, a diminué de 17 % dès la première année où la baisse de l'alcoolémie légale a été adoptée.

Que risque un jeune conducteur avec un taux d'alcoolémie égal ou supérieur à 0,2 g/l ?

Si un jeune conducteur, muni d'un permis probatoire, est contrôlé avec un taux d'alcoolémie égal ou supérieur à 0,2 g/l, il risque :

  • une amende forfaitaire d'un montant de 135 € (qui correspond à une contravention de 4e classe),
  • une immobilisation de son véhicule,
  • un retrait de 6 points sur son permis.

Comme le permis probatoire n'est muni que de 6 points, il est automatiquement invalidé ! De plus, contrairement aux conducteurs munis de 12 points sur leur permis, le jeune conducteur qui perd ses 6 points n'a pas la possibilité de récupérer des points en suivant un stage de récupération de points. Par ailleurs, il doit attendre 6 mois avant de repasser son permis (code et conduite), seulement après avoir passé une visite médicale et un examen psychotechnique.

Besoin de faire appel à un avocat en permis ?

Détenteur d'un permis probatoire, vous avez été contrôlé avec un taux d'alcoolémie supérieur à la limite autorisée ? Vous souhaitez avoir des informations précises sur les sanctions que vous encourez et vous possibilités de recours ?

Solution Avocat vous permet d'entrer en contact, en quelques clics, avec un avocat en permis de conduire !